Rencontre Mercedes AMG GT-S Vs. BMW i8

Les mains dans les Porsches… 

 Cette fin février marque d’une croix rouge un de nos plus grands moments. L’ami Stéphane teste l’AMG GT-S, dernier petit bijou de chez AMG avec son V8 4 litres biturbo de 510ch et 650Nm qui vise, et l’assume, rien de moins que les reines de la catégorie GT, j’ai nommé la Jaguar F-Type et la reine Porsche 911.

 L’idée était de lui « opposer » une auto qui correspond en terme de tarif (+de 140 000€), qui se veut aussi une GT mais qui n’est pas une 911 ou une F-Type. J’appelle donc l’ami Benjamin chez BMW qui accepte très gentiment de nous mettre l’i8 essayée dans nos colonnes il y a quelques semaines à disposition. Parce que si l’essayer une fois c’est bien, l’essayer deux fois c’est mieux ! Clairement, ce n’est pas une réelle opposition, c’est plutôt une rencontre du 3ème type. Pour le comparatif, vous le trouverez dans le EVO 99 du mois de mai, actuellement en kiosques.

_DSC0347

Le tour du proprio

Nous voici donc sur le parking du circuit de Bordeaux-Mérignac avec la belle hybride, en train de la détailler machinalement (encore et toujours), quand arrive l’AMG GT dans sa robe écarlate transperçant la grisaille matinale. La petite dernière d’Affalterbach posée à côté de la bavaroise, c’est le débat qui commence. L’ i8 est un ovni, l’AMG elle est un bonbon. Sa face avant bestiale cache un grand capot moteur – qui fait presque la moitié de la longueur du véhicule – puis un cockpit restreint se terminant en un hayon compact. Ce dessin n’est pas nouveau mais diablement efficace. Jaguar Type-E, Cobra Daytona et Dodge Viper ont utilisé cette recette et ça marche. Quand l’i8 paraît presque élancée, l’AMG se veut compacte, râblée, agressive sans être vulgaire. La raison ? La i8 fait 14cm de plus en longueur – pour la même largeur – que la GT et son empattement (2+2 oblige) est supérieur de 17cm. L’AMG, elle est 10cm moins longue qu’une CLA mais 5cm plus large qu’une CLS … Simple 2 places, la GT se rattrape grâce à son hayon qui dissimule un coffre convenable. Esthétiquement cette GT est une réussite. Seul bémol à mon sens, le cul. Objectivement très réussit, il ne parvient pas à me faire vibrer autant que la face avant.

Le cockpit grand comme celui d’une auto-tamponneuse est accaparé par l’énorme console centrale. Les baquets sont eux accueillants et offrent un maintien exemplaire. Le volant est très agréable en main et la parfaite position de conduite est rapidement trouvée. La finition est très bonne, cependant l’ergonomie de certaines commandes, dont celle de la boîte, trop reculée, est plutôt moyenne. L’ambiance n’est pas trop sombre, par chance, car la surface vitrée est doublée par le toit ouvrant panoramique (option indispensable selon moi). Sans celui-ci, le pare-brise et les vitres latérales auraient vite l’air de meurtrières. Dans la BMW c’est plus spacieux, non pas en raison des deux strapontins en guise de place arrière mais plutôt grâce à la planche de bord plus fine et à une présentation plus aérée. La finition est toujours de bonne facture et me paraît même meilleure que dans la Mercedes.

_DSC0334

Incroyable

Me voici à présent, par un délicieux concours de circonstances, avec les clés de l’AMG dans la main. Et là les amis, croyez bien que j’en ai profité ! Moi qui ne pensais même pas pouvoir poser mon derrière dedans, me voici au volant pour un « test-drive » sur le pouce ! Contact : et VLAN !!! Je reconnais bien là l’ami Steph’ qui avait laissé les silencieux ouverts. Très clairement, ça ne sonne pas caverneux comme le regretté 6.2 litres mais c’est pas mal du tout pour un moteur turbo. Communicatif on va dire. Le mode confort sélectionné grâce à la molette sur la console centrale se révèle sec mais pas forcément inconfortable. De longs trajets sont donc envisageables … Bon point pour une GT. Il vous faudra seulement composer avec des bruits de roulement assez importants sur autoroute (au pire, prenez les routes secondaires, c’est tellement plus marrant). La boite double-embrayage enchaine les rapports avec douceur et l’auto se conduit comme une – grosse – Twingo. C’est facile, progressif, rassurant et la confiance vient rapidement. Seule la vision de ¾ arrière pose un petit problème. Depuis la meurtrière pardon, le pare-brise, le capot est bien visible jusqu’au bout. Il n’est pourtant pas aisé d’appréhender sa longueur depuis la cabine. Ces évolutions à basse allure permettent de considérer cette AMG GT-S comme un « Daily Driver » convaincant.

_DSC0346

Bon allez fini de rigoler. Comme mon temps est compté, les modes Sport et Sport + sont vite parcourus pour se concentrer sur le mode Race et le bouton « Manual » pour la transmission. Dans cette configuration la voiture se fait plus communicative et engageante. La direction, plus ferme, remonte bien les infos. Précise sans être piégeuse elle permet de placer la GT au millimètre. La pédale de droite, plus directe elle aussi est facilement exploitable, bien aidée par la répartition du poids de 47/53. Le grip est phénoménal à l’accélération. Si elle ne remplace pas vraiment la SLS en se plaçant légèrement en dessous, elle fait pourtant mieux avec un 0 à 100 effectué en 3,8s. Je n’ai malheureusement pas pu faire beaucoup de route « virageuse » mais le bilan dynamique promet d’être excellent. Les accélérations et reprises sont dantesques, les turbos – placés à l’intérieur du V – n’ayant presque pas de lag. La plage d’utilisation est large et le V8, plein comme un œuf dès les bas fonds du compte-tours, ne semble s’épuiser qu’à l’approche de la zone rouge à 7000 tr/min. La i8, qui me surprend de plus en plus au fil des nombreux kilomètres que j’ai pu parcourir à son volant, n’est distancée – mais pas larguée – qu’au bout de 90 km/h après avoir « jumpé » plus rapidement grâce à son couple immédiat et ses 4 roues motrices en full power. Après, les 150ch supplémentaires de l’AMG font le job. Je ne suis pas un inconditionnel du turbo mais il faut avouer que cette délivrance de puissance « sans effort » impressionne. Ça pousse tout le temps, à tous les régimes et les 200 km/h ne sont qu’une formalité. Malheureusement, voici l’heure tant redoutée de restituer les clés du bijou après une franche partie de « rigolade tout rouge » à son volant.

IMG_7575

Bref

Bref, un bien bel engin, efficace, sûr, sonore malgré la suralimentation. Assurément un coup de maître d’AMG qui, après la monstrueuse SLS, prouve que l’officine est capable de venir jouer les empêcheurs de tourner en rond dans une catégorie dominée depuis des lustres par la reine 911 et qui regorge de concurrentes plus attrayantes les unes que les autres. Voici donc venu l’heure du bilan. Il est très positif. Cette AMG GT est très bien conçue, belle et drôlement photogénique (ABSOLUMENT aucune retouche sur les photos). Elle vient définitivement semer la pagaille et se poser en alternative concrète à la 911 et à sa plus féroce concurrente, la Jaguar F-Type. Maintenant, à mon sens, la 911 reste la reine, objectivement grâce à sa plus grande polyvalence et ses deux petits strapontins à l’arrière. Subjectivement grâce à son aura et à une génération 991 quasi-parfaite. Après pour la deuxième marche du podium, la bataille fera rage à coup sur entre cette AMG GT-S et une Jaguar F-Type plus désirable que jamais. Je n’ai volontairement pas inclus la i8 dans ce classement car elle ne correspond pas, pour moi, à la même tranche d’acheteur. Dans l’idéal, il faudrait les deux …

FICHES TECHNIQUES

Fiche technique Mercedes AMG GT-S :

Moteur: V8 à 90°, biturbo, 3.982 cm3

Puissance: 510 ch à 6.250 tr/mn

Couple: 650 Nm de 1.750 à 4.750 tr/mn

Transmission: propulsion, boîte double embrayage à 7 rapports

Dimensions (Longueur/largeur/hauteur): 4,54m/1.94m/1.29m

Poids: 1.570 kg

Coffre: 350 dm3

0 à 100 km/h: 3,8 s

Vitesse: 310 km/h (limitée)

Conso annoncée : 9,4 l/100 km

CO2: 219 g/km (malus 8.000 €)

Prix: 144 000 € (Modèle essayé : Plus de 160 000€)

Fiche technique BMW i8 :

 

Moteurs: 3 cyl en ligne 1,5L Turbo central arrière + Moteur électrique avant

Puissance: 231ch essence + 131ch électrique

Couple: 320Nm essence + 250Nm électrique (570Nm cumulés)

Transmission: Traction (électrique) / Propulsion (essence) / Intégrale (cumulés)

Dimensions (Longueur/largeur/hauteur): 4,68m/1.94m/1.29m

Poids: 1.490 kg

0 à 100 km/h: 4,4 s

Vitesse: 250 km/h (limitée)

Conso annoncée : 2,1 l/100 km

CO2: 59 g/km (bonus 8.000 €)

Prix: 146 000 €

Texte : Jean-Baptiste Dessort.

Photos : Olivier « O-Tattoo » Tauzin / Jean-Baptiste Dessort

PHOTOS