BMW Série 7 G11 : Chauffeur si t’es champion

Dans la grande bataille des premières mondiales, BMW Série 7 et Mercedes Classe S s’affrontent depuis des décennies. La majorité des équipements des berlines et compactes d’aujourd’hui ont été inaugurés par l’une ou l’autre. Chez BMW, pour cette nouvelle génération de Série 7, on a, de nouveau mis le paquet, et pas qu’un peu. 

Le tour du proprio

Première gestion électronique de série ? La BMW Série 7 (E23) en 1977. Premier GPS couleur ? La BMW Série 7 (E38) en 1997. Il en va de même avec les radars de recul, les feux Xénon, l’ordinateur de bord et une flopée d’autres avancées technologiques comme l’iDrive. Depuis 1977 la limousine par BMW a trouvé son public et a toujours entretenue son orientation sportive technologique. Pour cette nouvelle génération (G11), la BMW Série 7 inaugure à nouveau des systèmes inédits tels que le parking autonome couplé à une clé intelligente à écran tactile nommée « BMW Display Key » et une astucieuse construction alu/carbone gage de légèreté et de rigidité.

_DSC0082

Fluide et agressif, une réussite esthétique

Extérieurement, rien ne laisse pourtant présager d’une telle révolution. La ligne BM est reconnaissable à des kilomètres. Ce nouvel opus de la Série 7 se veut plus dynamique visuellement et c’est plutôt réussi. Avec 2cm de plus en longueur que son aïeule pour la même largeur, elle paraît pourtant plus trapue. Bon point en ce qui me concerne. Ce n’est pas une ballerine avec 5,10m de long en châssis « court » et 5,24m en version longue mais les lignes fluides et superbement proportionnées allègent le dessin et offrent un joli compromis entre élégance et sportivité. Les feux full LEDs avec laser en option (autre nouveauté pour de la grande série) offrent un regard marqué à l’auto. Pour les sportifs, la finition M Sport est désormais disponible.

_DSC0103

Certains lui reprocherons son style conservateur mais force est de constater qu’elle a une sacrée prestance cette Série 7 en M Sport

A l’intérieur, exit le premium et bonjour le luxe. Superbes sièges aussi confortables que travaillés, planche de bord massive mais claire et matériaux de premier ordre. Pour l’anecdote, le cuir est issu de vaches vivant à plus de 3000m d’altitude ce qui évite les traces de barbelés et de piqures d’insectes. Cuir, alu, bois et alcantara coexistent avec harmonie dans ce cocon. Si ça ne vous vas pas (vous êtes très, très difficiles), le programme Individual pourra certainement faire quelque chose pour vous bande de tatillons. BMW vise l’exceptionnel, nous n’en sommes pas très loin avec cette nouvelle Série 7.

Autre première mondiale, le système GPS/multimédia propose une reconnaissance gestuelle, ce qui vous permet par exemple de monter le son en tournant le doigt au dessus du levier de vitesse (les capteurs sont juste en haut dans le plafonnier) ou de refuser un appel (parce que vous êtes très occupés) en balayant de la main.

_DSC0191

L’ergonomie est plutôt bien pensée et c’est tant mieux, il faut 10 jours pour détailler toutes le fonctions

A l’arrière, sur les versions « courtes », la place est déjà très bonne et l’équipement à jour. Clim dédiée, sièges chauffants et tout le tintouin. Si vous optez pour la version longue et l’option Pack Executive Lounge, vous voyagerez mieux qu’en business sur Emirates. Le siège passager avant s’avance complètement – obstruant la rétro-vision droite de votre chauffeur – tandis que le vôtre s’allonge et un repose pieds (en cuir siouplé) se déploie. Vous aurez alors tout le loisir de faire joujou avec les fonctions massage (il y en a une petite quinzaine ça vous ira ?), TV, audio dédié etc … via la tablette intégrée dans l’accoudoir. Du grand luxe quoi. L’éclairage d’ambiance paramétrable donne une touche très sympa et même le toit ouvrant panoramique y a droit. Très classe. Fin du fin, la sono Bowers & Wilkins de 1400W promet une expérience acoustique inédite.

_DSC0198

Bienvenu dans un cocon de technologie

Sur la route

Alors tout ça c’est bien beau mais n’oublions pas que nous sommes dans une BMW ! Alors je m’empresse de reprendre ma place derrière le cerceau de la version de pointe, la 750i (en xDrive). Au démarrage, le V8 Biturbo de 450ch émet un son rauque sans être envahissant. Que c’est bon un gros moulin ! La boîte sur D je me glisse en douceur dans la circulation parisienne. En mode confort, la suspension encaisse sans aucun problème les pavés de l’avenue Georges V et la sensation de tapis volant est bien présente. Encore une première, la Série 7 est équipée en pneumatique à l’avant et à l’arrière. Le V8 se fait discret et son couple immédiat commandé par une pédale bien tarée fait des merveilles. La direction est très directe et d’une précision chirurgicale. Merci les 4 roues directrices. Sur le périph, le régulateur adaptatif enclenché, c’est le moment de tester la conduite semi-autonome après avoir eu notre dose d’assistant embouteillage. L’auto garde sa voie en effectuant des micros ajustements, ça fonctionne bien. La suspension en mode « Adaptative » fait appel à une caméra qui anticipe les déformations de la chaussée et adapte en temps réel l’amortissement. C’est déjà vu sur la Mercedes Classe S mais là BMW en remet une couche en optant pour une unité stéréoscopique qui intègre une notion de profondeur pour une adaptation encore plus précise. Nous voici sur l’autoroute et plutôt que de tester les limites de la conduite autonome jusqu’à 210 km/h, je préfère enrouler sagement sur les 650Nm de couple du V8 et me lover dans les fauteuils offrant une parfaite position de conduite. Malgré la très bonne inssonorisation, les boudins RunFlat font encore un peu trop de bruit à mon goût, dommage.

_DSC0015

Souveraine sur voie rapide, elle repose aussi son conducteur avec ses aides à la conduite

Sortis de l’autoroute, nous voilà en Champagne, là où les splendides routes vir(volt)antes sont souvent grasses en cette saison. C’est le moment de tester le potentiel dynamique de cette BMW, qui n’en serait pas une si elle n’en avait pas un. Vous êtes toujours là ? Bon, on y va. L’allure imprimée par ce somptueux V8 est démente. Le compteur grimpe aussi vite que le compte-tours et le bloc joue à l’élastique de 1500 à 7000 tours. Que c’est bon un vrai moteur … Premiers virages et là grosse surprise, ça tient très fort et surtout, on n’a pas l’impression de défier les lois de la physique. Grâce à sa construction alu mêlée de carbone (surtout sur la partie supérieure de la structure pour favoriser un centre de gravité bas), la Série 7 est, avec 1990 kg en ordre de marche pour notre 750i xDrive, la plus légère de sa catégorie. Elle perd jusqu’à 130 kg par rapport à sa devancière selon les versions.

IMG_2612

La structure fait appel au carbone notamment dans sa partie haute, une première sur une auto de grande série

Il en résulte une agilité alors encore inconnue des limousines de ce segment. En mode sport, avec les 4 roues motrices et directrices, pour pourrez suivre bien des GTi énervées dans le sinueux. Ça rentre vite, le roulis est présent mais immédiatement jugulé, les appuis sont sains et la sortie assurée par un grip hallucinant. J’vous ai parlé du punch du V8 ? Oui ? Bah j’en remets une couche : C’est velu ! Le plus de la maison, ce sont remontées d’infos. Si les dernières réalisations de la marque se montraient, avec les années, de plus en plus avares en toucher de route, ici, le problème est réglé. On sait exactement où l’on met les roues et ce qui se passe en dessous. Les RunFlat aux flancs en béton armé grèvent le peu qu’il resterait pour la rendre parfaite. Un bilan dynamique excellent quoi qu’il arrive.

IMG_2597

Oui oui, on est bien dans une limousine …

Pour me remettre de mes émotions, j’ai terminé la journée balloté par l’ami David en mode PDG à l’arrière de la version longue motorisée par le 30d de 265ch. Plus que la puissance, c’est le couple de 620Nm qui en fait un grand moteur diesel. Ultra souple, rageur et doué d’une belle sonorité dans les tours, il a totalement sa place sous le capot d’une Série 7. Grande première également, BMW a réussi, d’après la norme NEDC, à faire homologuer ce 6 cylindres 3 litres de 265ch et 620Nm à 119 grammes de CO2 par kilomètre (pas de malus). C’est quand même fort de café quand on sait qu’une Talisman 1.6L DCI est à 125 g.

Le 50i est clairement le meilleur moteur à mon sens pour cette auto mais le 30d n’a jamais démérité. Il sera bientôt secondé par un 40d et une version hybride rechargeable 40e motorisée par un 4 cylindre essence couplé à une unité électrique sortant 326ch. And last but not least, le retour de nuit nous aura donné l’occasion de tester la portée des feux laser qui, si elle n’a jamais atteint les 600m promis en conditions idéales, nous aura franchement impressionné.

IMG_2610

La limousine sportive en finition M Sport, je dis oui !

Bilan

Pour moi, la BMW Série 7 a toujours eu une place à part dans la catégorie des limousines. Moins techno mais plus sportive qu’une Classe S, plus fun qu’une A8, elle s’est, ces dernières années, faite dépasser par ses concurrentes susmentionnées dans presque tous les domaines. Cette nouvelle mouture refait les niveaux et propose, en plus de son armada technologique de pointe et de son confort clairement au niveau. Le petit plus qui peut faire la différence à l’heure du choix : un réel plaisir de conduite, voire de pilotage. A quand une M7 de 650ch en freins céramique ?? Chauffeuuuuuur si t’es champiooooon … !

LA CONFIG' CLUBSPORT

La BMW Série 7 du Billet Auto serait une 750i xDrive châssis court M Sport (3350€) de couleur « Glaciersilber » métallisé avec les jantes 20″ style 648M (1350€). Pour l’intérieur, on a choisi la sellerie cuir étendue « Mocca », le ciel de pavillon en alcantara noir (1350€) et des inserts en peuplier veiné foncé. Niveau équipement, on a choisi le Pack Advance Safety (3150€), les sièges ventilés à l’avant (1200€) et électriques ventilés à l’arrière (1200€), la Night Vision (2250€) et évidemment les feux lasers (1200€). Avec les 2/3 autres broutilles, on est à 140.700€

Configurez votre BMW Série 7 ICI

FICHES TECHNIQUES

Fiche Technique BMW 750i xDrive

Dimensions (Longueur/Largeur/hauteur) : 5,10m/1.90m/1.49m

Moteur : 8 cylindres en V bi-turbo essence 4395 cm3

Puissance maxi : 450ch à 5500 tr/min

Couple Maxi :  650Nm à 1800 tr/min (?!?)

Transmission : Intégrale, boîte auto 8 rapports

Poids à vide (Constructeur) : 1990 kg

Rapport poids/puissance : 4,42 kg/ch

Freinage AV/AR : Disque ventilés / Disques Ventilés

Roues : 245/45/19 (Modèle essayé en asymétrique 245/40/20” avant et 275/35/20” à l’arrière)

Vitesse maxi : 250 km/h

0 à 100 km/h : 4,4s

Volume coffre : 515L

Conso mixte(constructeur) : 8,3L/100 km (17L sur la matinée mais on a tartiné sévère)

CO2 (g/Km) : 194

Tarifs : A partir de 86.500 € (Modèle essayé 138.820€)

Fiche Technique BMW 730Ld xDrive

Dimensions (Longueur/Largeur/hauteur) : 5,24m/1.90m/1.49m

Moteur : 6 cylindres en ligne turbo diesel 2993 cm3

Puissance maxi : 265ch à 4000 tr/min

Couple Maxi :  620Nm à 1500 tr/min

Transmission : Intégrale, boîte auto 8 rapports

Poids à vide (Constructeur) : 1945 kg

Rapport poids/puissance : 7,34 kg/ch

Freinage AV/AR : Disque ventilés / Disques Ventilés

Roues : 245/50/18 (Modèle essayé en 19″)

Vitesse maxi : 250 km/h

0 à 100 km/h : 6s (oui oui ?!?)

Volume coffre : de 515L

Conso mixte(constructeur) : 5L/100 km (7,3L sur la journée mais vous commencez à nous connaitre)

CO2 (g/Km) : 123 (119 en châssis court)

Tarifs : A partir de 97.250 € (Modèle essayé 137.170€)

VIDEO

PHOTOS

La note de la Serie 7
Technologie de pointeComportement routierEnfin dispo en M Sport
Prise en main des équipementsPneus Run Flat trop dursPousse au crime en 50i
88%Note finale
Le Style85%
L'Ambiance90%
Le moteur (50i)90%
Le comportement (50i)85%
Avis des lecteurs 2 Avis
59%