BMW M2 

Voilà surement la sportive la plus attendue depuis un bout de temps. La BMW M2. Présentée comme la digne héritière des 2002 Turbo, M3 E30 et autres BMW 1M, sa prise en main sur le circuit de Mornay me faisait saliver. Alors ? 

Le tour du proprio

Conçue sur la base de la BMW Série 2, la M2 voit ses ailes copieusement élargies (8cm) pour y loger les trains roulants dérivés de ses grandes sœurs M3 et M4. Le bouclier avant largement ajouré, le diffuseur encadrant les deux doubles sorties d’échappement (comme toute BMW M qui se respecte) et les jantes 19” s’occupent de parfaire la plastique de la belliqueuse. Extérieurement, c’est carton plein en ce qui me concerne et impossible de ne pas faire la différence entre cette dernière et une 220d M-Sport comme on a pu le reprocher à la M235i.

bmw-m-park-38En parlant de la M235i. La M2 en reprend le 6 cylindres en ligne turbo (mono-turbo à double entrée) N55 mais comme pour ses trains roulants, elle emprunte des éléments du S55 des M3/M4 (coussinets de palier de vilebrequin et pistons). Le carter et la pompe à huile sont spécifiques et permettent à cette déclinaison de sortir 370ch à 6500 tr/min et 465Nm de couple dès 1400 tr/min. L’overboost peut faire grimper ce dernier à 500Nm.

A l’intérieur, c’est peu ou proue l’habitacle d’une Série 2 classique, seuls le volant et les sièges sport viennent contraster avec leur surpiqures caractéristiques des productions Motorsport. C’est un peu commun et dommage pour le fun. Un habitacle quelque peu austère donc mais qui se rattrape avec sa finition de haute volée et ses ajustements exemplaires. On est chez BMW et les repères sont importants. Pour cela, la position de conduite idéale est facilement trouvée. On peut se mettre extrêmement bas dans l’auto et l’amplitude du réglage de la colonne de direction permet de positionner le volant où l’on veut. On est également parfaitement calé dans les sièges qui maintiennent bien plus qu’ils ne le laissent paraître.
BMW-M2-interior-021

Contact

Au démarrage, le 6 en ligne émet un feulement bien plus feutré que ses grandes sœurs. Super agréable à l’oreille, on a l’impression que l’échappement est tapissé de velours. Notre exemplaire étant équipé de la boîte double embrayage DKG, on tire la palette de droite ou le levier et c’est parti. Premier constat, c’est souple et le couple disponible très tôt permet d’enrouler sans problème. Mais on n’est pas venus pour ça alors c’est parti.

bmw-m-park-66L’allonge de ce bloc est superbe. Entre le débordement de couple à 1400 tr/min et la puissance maxi atteinte à 6500 tr/min, la plage d’utilisation est plus que suffisante. La sonorité passe du rauque au fruité, bien loin de l’éraillement bestial des M3/M4. A mon sens, la M2 sonne plus juste que ses grandes sœurs. La poussée est bel et bien présente et les 370ch passent sans encombre au sol grâce au différentiel électronique qui les transmet sans faille aux 265 à l’arrière.

bmw-m-park-24Le freinage est mordant et la pédale offre une belle attaque ainsi qu’une consistance rassurante. L’endurance est également surprenante au fil des tours. De quoi placer la bombinette avec précision, d’autant qu’elle excelle dans l’exercice. L’agilité, c’est son truc. Les 1570 kg de la M2 sont parfaitement répartis et aiment se faire promener. Les placements se font avec un naturel impressionnant, la neutralisation de l’auto dans les transitions paraît innée et la sortie se fait sans encombre pour peu que l’on soit propre sur la pédale de droite. Sinon c’est la sanction et l’arrière se fait débordant. Elle est joueuse cette M2 et on se régale à son volant. C’est d’autant plus vrai sur ce circuit de Mornay, tout en virages et en épingles. Ici, sur ces portions techniques, la M2 m’a emballé et surtout amusé !
bmw-m-park-45

Bilan

Fun, accessible et efficace, cette petite propulsion se sera montré aussi, voire plus, rapide que ses grandes sœurs M3 et M4 sur ce petit tracé. Respect. Moins focalisée sur l’efficacité « facile » comme ses concurrentes A45 AMG, RS3 et autres Ford Focus RS, la M2 offre une recette qui se sert depuis un moment chez BMW : des solutions « simples » pour un plaisir pur. Puissance, agilité, trains roulants et caractère travaillés, retour aux sources.

FICHE TECHNIQUE

Dimensions (Longueur/Largeur/hauteur) : 4,47 m / 1,85 m / 1,41 m

Moteurs : 6 cylindres en ligne turbo essence, longitudinal 2 979 cm3

Puissance maxi : 370ch à 6 500 tr/min

Couple Maxi : 465 Nm à 1 400 tr/min (Overboost à 500Nm)

Transmission : Propulsion, boîte mécanique 6 ou DKG 7

Poids à vide (Constructeur) : 1 570 kg

Rapport poids/puissance : 4,24 kg/ch

Vitesse maxi : 250 km/h (270 km/h avec le Pack M Driver)

0 à 100 km/h : 4,3s (4,5s en boîte méca)

Conso mixte : Annoncé 8,5 litres/100 km

CO2 (g/Km) : 199

Roues AV : 245/35/19

Roues AR : 265/35/19

Freins AV : Disques ventilés (380mm) étriers 4 pistons

Freins AR :  Disques ventilés (370mm) étirers 2 pistons

Coffre : 390 L

Tarif : A partir de 61.750€

LA CONFIG' CLUBSPORT

La M2 du Billet Auto serait en boîte mécanique 6 rapports et de couleur « Mineralgrau » avec l’intérieur noir et les plaquages carbone. Seule choix de jantes, les style 437M en 19″ font largement l’affaire. En option, on opterait pour le système audio Harman Kardon (500€), le toit ouvrant (850€), l’accès confort (430€), la caméra de recul (430€ c’est mesquin) et le Pack Safety (550). Au total, notre M2 s’affiche à 65.300€.

Configurez la votre ICI

PHOTOS

Clusb

Le note de la M2
MoteurSonoritéChâssis
Habitacle austèrePas de jauge de température d'huile60.000€ dans une Série 2 ??
86%Note finale
Le Style85%
L'Ambiance80%
Le Moteur90%
Les Sensations90%
Avis des lecteurs 3 Avis
42%